Voyance avec les Tarots de Marseille comme support

Le Tarot de Marseille est un art divinatoire dont les origines remontent au Moyen-Age.
En France dès 1930, c’est Paul Marteau qui a contribué à le faire connaitre au grand public.
Très populaire, le tarot de Marseille a influencé beaucoup d’artiste comme des groupes de rock ou le compositeur Paul Dirmeikis qui composa en 2003 une ouvre de 22 compositions qui correspondent aux vingt-deux atouts du jeu.
Dans la littérature, l’exemple le plus connu est contenu dans Vendredi ou les limbes du Pacifique, de Michel Tournier et dans lequel le capitaine Pieter Van Deyssel prédit son avenir à Robinson au moyen d’un tarot de Marseille.
Même Stephan King, un des maîtres de la littérature y a recours dans le cycle de la Tour Sombre. Vingt-deux, voici le chiffre du tarot de Marseille.
Il correspond aux atouts du jeu, qui sont tous numérotés de façon romaine sauf un seul : le fou appelé aussi le mat ou le fol. Au total, nous trouvons cinquante-deux cartes. Tout d’abord, nous trouvons les Atouts (l’appellation est exactement la même comme dans les jeux de cartes) aussi appelés arcanes majeurs. Ils sont au nombre de vingt-deux et étaient numérotés avec des chiffres romains. Nous trouvons des cartes clefs comme le Bateleur ou le magicien (numéro 1), la Papesse également appelée la Grande prêtresse (numéro 2), l’Impératrice et l’Empereur sont les numéros 3 et 4.
Ensuite, viennent (les cartes numérales et figures dites arcanes mineurs.
Ce sont donc toutes les autres cartes réparties en couleurs (elles sont au nombre de quatre) ou en série : écu, bâton, épée et coupe. Chaque couleur ou série compte 14 cartes.
Si au départ, ce tarot a été créé pour une utilisation ludique, il a été depuis repris pour une utilisation comme tarot divinatoire.

Les commentaires sont fermés.